209. Staccato Au Noir

L’aveugle repose les mains sur ses cuisses. Le corps nu étendu devant lui, ses cheveux blonds qui s’assombrissent aux racines, a déjà changé. Les dix petits disques de peau rougie, de la taille chacun d’une dernière phalange, se multiplient sur la cage thoracique, creusent le derme, dessinent un staccato immonde, qui arrache au concertiste un sourire muet. Lodger laisse la chair pétrie se reposer un instant, puis reprend son œuvre au noir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :