198. Quatre Cavaliers Font Un Duc : Guerre

Son épée au côté, Wier abreuve les vergers où craque le bois incendié. Les fleuves sifflent, s’encourbent les montagnes et les ravins, émondent son cor et boivent son sang d’innocent. Sur son cheval rouge, le Roi Lazard, tel qu’il est surnommé à l’endroit où la lumière se divise, projette son ombre sur la totalité de l’horizon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :