192. La Quarte Incarnation De Glass

Les grues en vol, l’invasion des animaux/métaux, inflation de la construction, précipices où se jettent les léviathans, plages où s’échouent les baleines énormes, où elles s’éventrent elles aussi, comme une maison néo-anglaise au toit à pignons, comme une demeure dont la cave communiqué avec les cités sous la mer, où les enfants ont un faciès océanique et l’on n’est en sécurité nulle part.

Glass, suspendu en croix au croisement des routes, son fantôme ne sait quelle route emprunter, passe son éternité à hésiter, quand ses rejetons nosocomiaux s’injectent dans l’écosystème et pourrissent la vie de l’intérieur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :