187. La Sorcière Paie Son Tribut Dimensionnel

Sur l’autel, sa voix, le reflet de son Etre-Derrière-L’Etre, la parfaite rémission éteignant le mécanisme perpétuel de sa parthénogénèse. Duplication, scénario de tromperie, jeu où le sang étouffe par excès d’espace. Liz tombe dans le panneau d’obsidienne épais comme un couteau du rêve, si effilé qu’elle s’y engouffre et perd au Passage l’une de ses trois dimensions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :