186. Influorescence Chromatique

L’exosquelette se reforme autour d’un noyau de cellules mortes. Agglomération, précipité, sifflement de la clarté nucale qui circule son liquide radioactif ; mitose, accélération, descente, apothéose du microcosme ; les cellules souche se répandent, bâtissent leur ombre comme un hôtel géant au bord du précipice ; les étages les uns par-dessus les autres, amoncelés, aux quantités cyclopéennes, pas d’angle droit, que des angles morts ; les tessons sur les enceintes, miradors du son, oreilles qui saignent ; mutation, adaptation, dégénérescence, évacuation du pourri et de l’avorté ; symboles du cabaliste, la proportion n’est plus respectée, masturbation au film ralenti, épanchement en terrain non fertile ; les galeries se forment, les passerelles sont jetées, les souterrains sapent leurs étais et étouffent les oiseaux jetables.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :