168. L’Arbre Sans Bourgeons Porteur De La Peste

Après avoir baigné ses plaies dans l’eau lourde, Nile s’arrête, halète, courbe, il ne reconnaît pas ce Plan comme sien. Hume l’air incandescent du soir, le premier soir du jour, un autre suivra la nuit, et un tiers-soir brisera la matinée en plein vol. Le stroboscope des triples lunes en creux.

Nile n’est plus Rossetti, juste Nile, le virus des grippes inattentives, l’arbre sans bourgeons porteur de peste, le poids de la vermine, poids qui résonne aux pincements d’un clavecin, quelque part, derrière la rondeur du mont oculaire. Derrière la porte verte de l’horizon. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :