159. Glass Lit Dans La Neige Grise Et La Glace Noire

L’homme est à nouveau assis à sa table, devant l’âtre où tremblent encore l’image de l’air et la chaleur de déformation. Il médite, élabore, ses synapses flashent plus que des flics aux heures de pointe, les contraires s’assemblent; la neige carbonique éteint son incendie intérieur, la glace noire entremêlée développe un réseau de réseaux, et comme une passiflore lance ses crochets vers les points d’ancrage les plus proches. Glass commence à lire le début de l’histoire, et ce qu’il voit lui colle une migraine du diable. Sa main griffonne à toute allure, remplit des pages et des pages, quand bien même l’étau se resserre autour de son front Glass ne peut lâcher le crayon, l’écran lui parle toujours, les Passages, les Plans, une femme aux cheveux sombres, un homme un costume-cravatte noir et chemise blanche, un autre qui finit masse originelle sous une triple lune, et le dernier, le vieil homme, et sa chair meurtrière. La routine, pour le Rouquin. Alors, d’où vient cette profonde envie d’en finir ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :