148. L’Oubli Et L’Obsidienne

– Syphilis, fleur de lys, dit Wier en lui caressant la gueule. Je vais avoir besoin de tes obsidiennes, à nouveau.

La jeune femme aux cheveux d’un brun noir, longs, si longs qu’ils semblent un Léthé, sa robe blanche comme un fleuve de rosée, et sa peau aux tons changeants, frotte sa joue contre sa jambe. Elle ronronne de plaisir, les paupières closes et un sourire aux lèvres, un rictus d’assassin, quand les triangles d’obsidienne sortent de sous ses ongles et s’agitent mollement au bout de leurs câbles de chair fins et interminables, si fins et interminables qu’ils paraissent des cheveux arrachés à la Gorgone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :