144. La Femme Noire Aux Tentacules

Père, je me présente à Toi. Liz a posé son écharpe, ses gants, son chapeau en une masse de noir sur le guéridon. Sur ses mains posées l’une sur l’autre. Un empilement d’objets physiques. Père. Un filament perle à l’orée de sa bouche. Perce les coraux, s’exfiltre. S’étend. Père, je me présente devant Toi, écoute tes paroles, le crissement de tes mots, aiguisés par la pierre mouillée des Passages.

Elle, ses intestins noués dessinent des cabalismes ; Liz-la-Garde, basse, enivrée à un mètre de son corps. Elle, prend son cœur dans sa main fantôme. Examine son visage de près, son visage pénètre son visage, le miroir s’inverse, se retourne contre le mur, et reflète les mouvements tentaculaires de la chimère qu’est Liz.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :