139. Les Douze Heures De Chrome A Tikal : Neuvième Heure

Chrome retire son index enfoncé dans la poitrine de l’homme assis. Une pincée de poussière s’en échappe, vite envolée par le souffle au cœur des profondeurs. Es-tu mort, saleté, qu’il interroge.

Jamais, répond l’homme. Une vibration sur un câble bien trop bas pour toi, dans des strates dont tu n’as pas idée. Un câble qui relie ce qui n’est pas même un Plan.

Chrome se relève, essuie son doigt sur sa poitrine, tourne les talons et s’éloigne, lentement d’abord, puis ses pieds accélèrent le tempo, et il se retrouve sans trop savoir pourquoi à galoper vers un encadrement vaguement lumineux à l’opposé de l’entrée, une porte entrouverte, un sas. Chrome s’y engouffre, et tombe dans la dernière chausse-trappe du Tikal intérieur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :