132. Le Collectionneur D’Armes A Feu

Le vieil homme dans sa peau jeune ouvre des tiroirs, des armoires vitrées, manipule des bocaux de formol, des cuirs empaillés, des herbiers mouvants, des boîtes grouillantes à épingle, des cabinets de curiosités qui sentent vraiment la merde et le vomis. Mais cela le fait sourire, cette odeur répugnante. Son cœur se soulève, et ça lui fait un simulacre de bonheur où il range, avec des précautions d’horloger, l’énième pièce maîtresse de sa collection.

Et c’est dans un soupir qui ne sort pas de sa propre bouche que Wier referme les portes de l’enfer sur sa nouvelle âme perdue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :