122. Les Douze Heures De Chrome A Tikal : Sixième Heure

Descente continue jusqu’à la Porte, enfin. Son étoile locuste brille sur le chambranle, accrochés aux murs du couloir des portraits vampires, les yeux suivent Chrome en mouvement, les crocs ressortent de la toile, horizontaux, pointés hérissés comme une haie du déshonneur.

Une plaque d’obsidienne brillant, impressionnante, sans fissure ni jointure d’aucune sorte avec son pourtour. Juste un dessin, trois lignes droites qui se rejoignent en deux points, et des étoiles cabalistiques, chutes de comètes, les météores interdits.

Chrome passe ses paumes doucement, caresse, examine les yeux collés aux fioritures. Hume le parfum de la silice, lèche la lave acide – ses papilles se rétractent en cascade – mais sèche sur le mode d’ouverture. Il vocalise les commandes usuelles, murmure, hurle, pratique les gestes et enchaînements de l’ennemi, s’arrache les cheveux et s’écorche les ongles sur l’aplat désespérément noir de l’obsidienne.

Puis il sort un flingue, plaque l’âme sur sa tempe, s’éparpille la cervelle sur un portrait qui se pourlèche les babines. Et la porte s’entrebâille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :