112. Les Douze Heures De Chrome A Tikal : Troisième Heure

Impossible de ne pas rater l’Astoria de Tikal : c’est un bunker souterrain. «J’aurais pu chercher plusieurs vies, pense Chrome. J’aurais pu sacrifier plusieurs fois Messaline. J’aurais pu…» Sa voix s’éteint dans son oreille interne, subsistent sa respiration et les coups sourds de son palpitant, une vraie nuit de boucan d’enfer.

Sur Tikal, le Waldorf se love sous un pan entier de quartier. Un morceau de morceau, le marbre sous un caramel suant. Sous Tikal habite le Diable et ses suites qui n’ont jamais vu le jour, gonflées, blanchâtres, aveugles, que de la chair bouffie et des dents, beaucoup de crocs, des myriades d’incisives, des légions de molaires, enchâssés dans une gencive mauvaise montée sur pattes. Et le Waldorf Astoria est leur repaire, la sauce où ils baignent, sous couvert d’abri antiatomique c’est ici que les atomes sont séparés.

On ne descend pas dans le Waldorf Astoria tikalien. Ici plus qu’ailleurs, les ouvriers qui l’ont littéralement creusé dans les strates marmoréennes l’ont payé de leur vie. Ils ne sont pas tombés dans le vide béant du chantier, non : ils ont été avalés par l’immeuble inverse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :