109. Les Douze Heures De Chrome A Tikal : Seconde Heure

– Bienvenue dans la Cité Des Esprits.

Comme discret accueil, on ne pouvait faire mieux, pensait Chrome. Un gros panneau lumineux, son cadre de néon, flèche en ampoules rouges et clignotements de boîtes à putes. On se croirait dans une rue du jeu, ce troc où tout le monde perd sauf la banque. Mais ce qu’il recherchait était terriblement spécifique. C’est pourquoi il n’a pas une seconde à perdre, empoigne le premier vieillard qui clopine à portée de bras et l’emmène, sac de toile hurlant rauque et débattant des membres secs, dans une ruelle sans nom. «Tu vas me dire où je peux trouver le Waldorf, ici. » Le vieux pointe un moignon de doigt vers la Vieille Ville. Tente d’articuler un mot ou deux puis renonce, baisse les yeux au sol, il devient gris comme le mur souillon derrière lui et disparaît dans un léger « pop ! ».

Chrome reprend sa route, parmi les cabanes de terre cuite et les briques de détritus qui composent la périphérie de Tikal. Maugréant sur son dernier Passeur qui lui avait promis le centre, non la banlieue. Il marche et les rues sont vides, le long d’un hôpital suburbain, où l’on ne soigne plus les estropiés ni les malades, car l’on s’y barricade contre les tempêtes de virus. Faire survivre d’abord le médecin, calcul statistique qui oublie les mécanismes à rebours du Commerce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :