106. Confessions De Madame Bathory III

J’ai fait peu de victimes -, en définitive. Les recueils m’en inventent constamment, chaque édition successive de mes supposés mémoires jettent une nouvelle huile sur le feu de mon bûcher. Je vous dis cela alors même que je décéderai de mort naturelle, dans mon lit, dans exactement 1.132 jours. Mais vous reprendrez bien un peu de thé ? (Je tends la main non sans appréhension. Ses ongles sont longs, ils pourraient griffer ma peau sans même que je m’en aperçoive, et l’on dit ses doigts enduits de poison.) Comprenez-moi bien, une nouvelle fois. Je ne minimise rien, ni la souffrance des jeunes filles dont j’ai eu à m’occuper, ni l’exceptionnel raffinement de leur Passage. Mais laissez-moi vous dire ceci : je ne gagnerai pas seule la couche de mon dernier sommeil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :