090. La Multitude Dans Le Chas

Nile plonge les mains dans la cage thoracique. Et c’est une transfiguration cinématographique qui s’opère. « Tout ça opère comme la magie blanche », murmure-t-il en se plaquant les paumes rougies sur le visage. « Une horreur qui opère dans les deux sens. » La lourdeur fait plier son bassin vers l’avant, « les gros poissons nagent tout au fond » pense-t-il, et c’est la Grande Torpeur qui lui vrille l’estomac et gonfle son sexe qui décharge le silicate fondu sur la masse et les reliefs.

Nile plonge au cœur de la mêlée et de l’hémodialyse, et c’est la multitude qui se contraint dans le chas d’une aiguille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :