085. Une Nuit Comme Les Autres Au Core Motel

Explosion, la vitre sans tain se répand en cosmologies tranchantes de l’autre côté, dans le même fil de verre Nile déboule comme un loup-garou dentelé, toutes griffes dehors, sa seconde peau hérissée comme du barbelé, tombe sur l’agent de surveillance, lui lacère minutieusement le visage et les mains, déchire son bel uniforme, déchiquète ses yeux et ses organes génitaux. Haletant, Rossetti se courbe sur le corps rouquin, sa main droite tremblote, son majeur se dresse, rétrécit, s’allonge, tel Stark le cinéaste ophite ondule en serpent, insère son doigt dans l’urètre du G-Man, remonte les canaux, pénètre les parois, du corps brut jusqu’au coeur où il sépare les bandes-son et -image, cette ténue liaison qui faisait du cadavre sous lui un objet en mouvement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :