077. Les Confins De L’Etain

Dans la chambre du Core Motel, les miroirs sont tournés vers les murs. Sauf un. Nile se sèche les cheveux avec une serviette, son visage disparaît, son regard s’aiguise, ses babines s’écartent, ses crocs s’entrechoquent, et dans le flash où explose l’ampoule du plafonnier se révèle, en toute son incandescence d’obscurité encadrée dans la glace sans tain, la planque que Nile s’apprête à transformer en Maison Des Nouveaux Morts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :