074. Nihil Omnium Est

Dans la chambre du Core Motel, nulle trace de la bailleuse de chair. Pas un caillot. Nile sifflote dans la douche, pianote sur le côté du pommeau, les yeux fermés, la bouche masquée dans un rictus de bonheur pur. Son estomac ne réclame plus d’alcool, ses veines n’appellent pas le garrot ni le dard, ses mains ne tremblent pour le moment pas. Nile est Nile, papier buvard, paroi vibratile – « Il prend son pied, arbore un sourire et c’est tout le monde qui s’enfuit », dira l’un de ses anciens amis, Le Manchot, sous la pression de l’interrogatoire. La Question, forme ultime du roman policier, se dit Nile qui esquisse, dans une courbe négociée par sa main droite dans l’espace, un projet déjà avorté de nouveau long métrage. Une histoire de sadomasochisme, de torture à l’antique, avec un Néron vampirique, de guillotine doublée cuir et de vierges de fer que peuplent les fées dépecées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :