073. Les Confessions Du Dieu Jaguar

Homme-pollen, Glass se confond quand le printemps se lève avec les insectes acérés. Il traîne dans des bars, où il rencontre des monstres, discute le bout de gras avec des phénomènes de foire, reprend le fil d’une discussion longtemps interrompue, et les gens sont là, le dompteur est à plas ventre sur le sol, il baigne dans une flaque de pisse et de bloody mary, son faciès de singe s’embue dans un mélange de tomate sanguinolente et de bière mexicaine. Sur scène, la fille fait ce qu’elle peut avec son fouet, mais décidément rien de rentre. Glass joue les hommes du Nord, rouquin au pays des basanés, les clientes lui tournent au tour et c’est lui qui paie des pots, mais aucun marin ne fait attention à lui. Pourtant sa peau blanche, d’ores ses yeux verts, et déjà les grains de beauté, tout un trésor du concret dans la république de l’animal. Il achète de la corde de chanvre, des menottes, du dross, du temps. De la puissance musculaire. De la compagnie pour son autel personnel. De l’expérience. Et de la divinité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :