071. La Mort Selon Wild Bill

Glass s’assied devant sa table de travail, ses ciseaux devant lui, la bande magnétique étirée entre plusieurs disques de plastique noir. Il sort un scalpel de sa poche pectorale, appuie sur la bande étroite et découpe une moitié parfaite dans le sens de la longueur. Le pollen bouche son nez, sa gorge, ses oreilles. Glass respire à peine, comme une éponge de mer enfoncée au milieu de son crâne, qui aspire et gonfle, quand le tout dépasse de facto la somme des parties.

Glass comme une araignée sur scène dévide la trame, sépare les bandes-son et bandes-image, d’un enregistreur pourtant totalement et rien qu’audio.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :