053. Où L’On Rencontre L’Insecte Nocturne Qui Dévore Chrome

La porte de l’accueil s’ouvre, grince, se referme seule, claque gentiment. Avec son store fermé, c’est la nuit qui à présent remplit ses yeux. Pas beaucoup de fenetres éclairées sur la bande reptile qui s’étire au dessus du parking, lui, vraiment dans l’obscurité. Quelques sons de ventilateur, oui. La musique fréquentielle du sang qui se fracasse contre ses tympans, car Chrome a peur. Il laisse venir cette énergie. Elle lui fait comme un manteau de hurlement fluvial qui le porte, durcit ses muscles, resserre les pores de sa peau. Sa peau est son arme de destruction la plus massive, c’est un insecte moulé sur son propre corps qui enfonce ses trompes innombrables dans chacune de ses bouches dermiques et remplace son sang en l’aspirant, par quelque chose, de l’adamantium en fusion, un vitriol purifié, l’eau bénite distillée à grande échelle par le Bureau. Chrome est là, machine, debout dans le parking, humant l’air inhumain qui chante à ses oreilles, La Petite Musique De Nuit De La Peur.

Exsangue sauf de concentration vaguale, Chrome pose la main sur le coffre de la voiture de Nile et ferme les yeux, entre en résonnance, parcourt l’habitacle, creuse sous les banquettes, perfore les doublures, évide les circuits électriques, émonde le tableau de bord et les haut-parleurs, mais ne trouve rien d’utile. Alors Chrome rouvre les yeux pour la dernière fois cette nuit et entame sa montée de l’escalier qui mène à la galerie de Nile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :